Parcs et espaces verts – Site officiel de la ville de Clermont (Oise)

Parcs et espaces verts

Afin de préserver son patrimoine historique et naturel, Clermont a classé 1/3 de son territoire en zone non-constructible, ce qui permet à ses 11 000 habitants de profiter d’un cadre de vie privilégiée.

Les différentes zones naturelles et les parcs de la ville constituent une véritable « ceinture verte » autour de la butte de Clermont.

La zone naturelle de Faÿ

L’Étang de Faÿ et Les Vignes de Faÿ

L’Etang de Faÿ

A l’entrée de la zone de Faÿ, le site de l’étang communal a été aménagé pour la pêche et la promenade tout en conservant son caractère naturel. Des tables de pique-nique en accès libre sont également présentes. Les conditions d’exercice de la pêche sont indiqués sur le panneau d’informations situé à l’entrée du parking.
Les Vignes de Faÿ

Cet espace naturel à proximité même du cœur de la ville est composé d’anciennes vignes, de vergers, de jardins familiaux et de zones boisées.

Etalée sur 25 hectares, cette zone est sillonnée par de nombreux chemins ruraux qui permettent de partir à sa découverte.

Le bois de FaÿL'Etang de Faÿ

Le Parc François Mitterrand

 

Le Parc François Mitterrand est implanté sur le versant ouest de la butte clermontoise. Au siècle dernier, il était occupé par un verger, un potager et une prairie sur lesquels se dressaient quelques beaux arbres.

Leur abandon a permis l’installation d’un boisement dense de feuillus constitué d’érables et de frênes, espèces colonisatrices des terrains laissés libres.

A l’aide de bornes numérotée, vous pouvez partir à la découverte de 15 espèces d’arbres qui occupent le site ou bien emprunter un parcours sportif de plus d’un kilomètre qui circule dans le sous-bois.

 

Le Parc François Mitterrand

Le Parc du Châtellier

Le toponyme « Le Châtellier » (ou « Le catelier ») dérive du bas latin Castellum , employé pour désigner un lieu fortifié, doté de défenses plus ou moins importantes.
Ce lieu-dit est implanté à l’extrémité nord du promontoire sur lequel s’est développée la ville de Clermont au moyen-âge.

Le Parc du Châtelier de la ville de Clermont de l'Oise

Le Châtellier semble faire partie d’une vaste enceinte couvrant l’espace compris entre l’actuelle rue Georges Lesage (ancienne rue du tour de ville) à l’ouest et l’emplacement de la Place de Grève, à l’est, dans la partie basse de la rue du donjon. Ces deux points ayant sans doute été reliés entre eux par un fossé creusé au niveau d’un étranglement, de façon à isoler plus facilement l’extrémité nord de la racine de l’éperon (on peut estimer que cette partie du périmètre de l’enceinte suivait approximativement le tracé de l’actuelle rue de la Porte Nointel au nord de laquelle on peut encore observer un escarpement assez bien conservé par endroit).

Les traces de cette enceinte semblent matérialiser la première campagne de fortification entreprise sur ce site, au tout début du XIe siècle caractérisée par l’aménagement d’un vaste enclos palissadé précédé d’un fossé. L’espace ainsi décrit pourrait correspondre à l’implantation d’un premier habitat que l’on peut considérer comme l’embryon de l’agglomération clermontoise établie quasiment au contact de la résidence seigneuriale.
A la limite nord du Châtellier au lieu-dit la demi-lune se trouve un terrassement en hémicycle saillant sur le tracé de l’enceinte. Cet aménagement pourrait éventuellement correspondre à l’emplacement d’une tour de charpente ou à un ouvrage défensif tardif à vocation de bastion d’artillerie comme peut le laisser supposer la gravure de Chastillon au XVIIe siècle figurant un canon à cet emplacement. Ce document permet également de déceler la présence d’un second bastion, de plan triangulaire (disparu de nos jours) implanté légèrement à l’avant du front ouest des remparts.

Au début du XIIe siècle, seule l’assiette sommitale de l’éperon est couverte par une enceinte castrale maçonnée, dominée par le donjon des comtes de Clermont. Le Châtellier ne semble pas avoir été doté de défense « en dur » comme le laisse supposer cet extrait du dénombrement de 1373 : « …Le gardin derrière le chastel et les fossés entour et les hayes qui sont autour et environ nommez le chasteler… ».
Pendant les trois siècles suivants il ne semble pas que le Châtellier ait fait l’objet de travaux ou d’intervention modifiant ses composantes spatiales et structurelles.
Ce n’est qu’au début du XVIIIe siècle qu’après le rachat du comté de Clermont par la princesse d’Harcourt que des travaux importants vont modifier profondément l’enceinte principale et le Châtellier en particulier. Elle fait aussi niveler le sol et boucher deux mares qui se trouvaient dans la partie orientale du Châtellier puis elle ordonne la plantation d’ormes et de tilleuls pour transformer cet espace en promenade publique.
A la fin du XVIIIe siècle, le jeu de paume (qui se trouvait alors sur l’actuelle place Vohburg) est transféré dans le Châtellier, à l’endroit où il se trouve encore actuellement. Des tilleuls de Galande sont plantés sur le pourtour du jeu de paume en 1772.

Le Parc du Châtelier de la ville de Clermont de l'Oise

Pendant la période de la Révolution, de nombreuses manifestations républicaines y ont été organisées. En 1789 un autel de la patrie est installé sur le jeu de paume pour la célébration de la fête de la jeunesse, les anniversaires du 14 juillet, la fête des époux…
Au tout début du XIXe siècle, on aménage un chemin rectiligne de 60 mètres de long et de 6 mètres de large aboutissant à la demi-lune (au nord-ouest du parc).
Le 10 mai 1810, le maire, Chrestien de Beauminy traite avec un terrassier du Pont de Pierre pour faire araser la butte qui se trouvait dans la partie nord du Châtellier, et approprier l’allée de marronniers entre la maison Leclercq jusqu’à l’avenue des ormes.
En 1822, le rapport effectué par un certain Lotte des ponts et chaussées de la ville donne une description très précise du Châtellier : « …Ce terrain est planté par allées ou avenues en arbre de nature de tilleuls et ormes de différents âges…Il s’y trouve un jeu de paume et un taillis par le nord. Le tout présente une figure très irrégulière et contient 2h.,75 ares, 75 centiares et joint d’un côté par plusieurs angles saillants et rentrants la place dite du calvaire… les talus de l’ancien château de forme circulaire…d’autre côté aussi par plusieurs haches au chemin conduisant au cimetière et au chemin dit du tour de ville, tournant autour du Châtellier ou le séparant d’avec divers propriétaires ; d’un bout vers le Nord-Ouest au dit chemin et d’autre chemin pavé descendant de Clermont au Pont de Pierre… ».
Sous la restauration, le prince de Condé réclame la propriété du Châtellier à la ville de Clermont dont la valeur est alors estimée à 7835 francs. Cependant, en 1832, par arrêté préfectoral, la ville est déclarée propriétaire immuable moyennant le paiement du quart de sa valeur, soit 1322,99 francs.
Jusqu’en 1834, de nouveau travaux de nivellement sont entrepris en différents endroits et notamment du côté du rond de danse le rendez-vous favori des clermontois pour des bals champêtres à la belle saison. Un limonadier du nom de Lefort eut l’idée d’y installer une tente où il aménagea un petit restaurant à l’enseigne du « Grand Saint Samson ».
Deux jardiniers sont alors chargés de l’entretien du parc du Châtellier pour la somme de 75 francs chacun par semestre.
Le 6 août 1848 un grand banquet est organisé dans le jeu de paume à l’occasion de la remise officielle du drapeau à la garde nationale de Clermont par leurs camarades parisiens de la section Batignolles-Monceau.

Vers 1850 la place de grève est incluse dans le Châtellier, on y plante des tilleuls et son emplacement est transformé en accès au parc.
En 1852 la municipalité a acquis une maison (la maison Leclercq citée plus haut) qui se trouvait non loin de l’ancienne place de grève (pour l’anecdote, on peut mentionner que c’est à cet endroit qu’a eu lieu l’exécution de Guillaume Cale le chef des Jacques, en 1358). Cette maison qui avait été construite vers 1780 a été rasée peu de temps après son achat par la ville qui a fait édifier un réservoir à son emplacement.

Un concours agricole s’est tenu dans le Châtellier en 1870 et à cette occasion, un zingueur ferblantier a présenté comme spécimen de son savoir-faire une rocaille et un bassin. Seule, la rocaille a survécu à cette manifestation et les promeneurs pouvaient encore la découvrir au début du XXe siècle.

En 1883, le conseil municipal fait supprimer la clôture en mauvais état qui entourait le rond de danse.Le Parc du Châtelier de la ville de Clermont de l'Oise

Au XXe siècle le parc du Châtellier conserve son caractère de lieu de promenade et de
festivités pour les clermontois grâce notamment à l’association « Jeunesse Populaire de Clermont » qui va y donner régulièrement des fêtes sportives, des concerts, des animations… Toutefois, au début des années 30, des abattages d’arbres centenaires, l’aménagement de toilettes publiques, le projet de construction d’un bâtiment à vocation de gymnase dans le parc alarment les membres de la Commission Départementale des Sites qui proposent un classement du site du Châtellier.
La proposition de classement est refusée par le conseil municipal et la protection du site se fera par un décret d’application de juin 1933 qui est complété quatre ans plus tard par un autre décret définissant une zone de mise en valeur et de protection de la promenade du Châtellier.

 

De nos jours, l’entretien du parc du Châtellier est confié aux services techniques municipaux qui interviennent pour ce qui concerne les coupes, la tonte des pelouses et l’élagage des arbres. L’état sanitaire des peuplements arborescents marronniers, tilleuls, érables sycomores et robiniers est fait l’objet d’une surveillance régulière de la part de la Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt et les conseils d’intervention et de gestion sont donnés par des personnels de l’Office National des Forêts ainsi que par des sociétés privées de sylviculteurs.

En plus de son rôle de « poumon vert » en plein cœur de la ville, le parc du Châtellier a conservé son caractère festif et de lieu privilégié de rencontre pour les clermontois à l’occasion de manifestations comme notamment la fête patronale, la fête de la musique, la brocante, le festival des arts de la rue « Divers et d’Eté », le relais de la Route du Poisson …