Espace Culturel Séraphine Louis – Site officiel de la ville de Clermont (Oise)

Espace Culturel Séraphine Louis

Exposition Lardon à l'espace Culturel Séraphine Louis de la ville de Clermont de l'Oise

Situé au 11 rue du Donjon, l’espace Séraphine Louis accueille des expositions artistiques et thématiques et est un lieu où sont données des conférences.

  • Construit en 1826, dans le cadre de l’aménagement d’une maison centrale de détention pour femmes, l’immeuble du 11 rue du Donjon a été acquis par la ville de Clermont en 1991.Restauré par un chantier-école de 1999 à 2005, il est devenu l’espace culturel Séraphine Louis, inauguré au mois d’avril 2006.
  • Ce lieu de diffusion culturelle accueille régulièrement des expositions artistiques (peinture, sculpture, photographie…) et thématiques, mais également des conférences sur les thèmes les plus variés.
  • L’espace culturel Séraphine Louis sera par la suite intégré à un ensemble composé d’un parc arboré ouvert au public couvrant approximativement l’espace de l’enceinte castrale du château médiéval, les vestiges du donjon faisant l’objet d’une importante campagne de restauration.

Les expositions à l’Espace Culturel Séraphine Louis

Exposition "Parade" de Tom Janssen, du vendredi 7 avril au dimanche 21 mai 2017

Actuellement : Exposition “Parade” de Tom Janssen, du vendredi 7 avril au dimanche 21 mai 2017

Exposition “Parade” de Tom Janssen, du vendredi 7 avril au dimanche 21 mai 2017, Espace Culturel Séraphine Louis.

Espace Séraphine Louis

  • 11 rue du Donjon, 60600 Clermont.
  • Exposition ouverte les samedis, dimanches et mercredis 14 h à 18 h
  • Vernissage vendredi 7 avril, 18 h 30.
  • Entrée libre

« Avec plus de cinq cents défilés chaque année dans un pays aussi petit que les Pays-Bas, on ne peut négliger le rôle que joue ce patrimoine immatériel chez une grande partie de la société : de nombreuses vies sont reliées et formées à travers ces événements. Le temps et les efforts consacrés à l’organisation du défilé et surtout à la construction des chars, qui sont un aspect important des défilés, demande bien plus de temps que ne dure l’événement en soi. Des mois et des mois d’organisation et de construction se réduisent à seulement quelques heures de parade où les rues sont envahies et les routines quotidiennes d’un village bouleversées. Mais l’effort en vaut la peine : les chars qui sont construits pour les défilés sont d’une grande beauté – je voudrais les appeler des œuvres temporaires – mais la vraie beauté réside dans la persévérance avec laquelle ils sont fabriqués.

Positionnées dans le paysage néerlandais, soigné et méticuleusement planifié, toutes ces créations surréalistes semblent presque être une protestation silencieuse contre la conformité ; mais d’un autre côté, on peut se demander si ces chars ne sont pas des produits issus de la même mentalité et des mêmes travaux qui ont formé ce paysage particulier ».

tomjanssen.eu

Les archives des expositions à l’Espace Culturel Séraphine Louis